Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

2015 : exclusion de 50.000 sans emploi du chômage

Échéance 2015 : menace d’exclusion de 50.000 sans emploi du chômage suite à la réforme des allocations d’insertion et transfert de la charge sur les CPAS

Proposition de motion soumise au vote du Conseil communal
Déposée par le Groupe Ecolo du Conseil communal de Charleroi

Cette proposition a été rejetée par la majorité

Considérant la récente étude de la FGTB indiquant que la réforme socio-économique sur le chômage et notamment sur les allocations d’insertion risque d’aboutir à l’exclusion de près de 50.000 sans emploi à l’échéance du 1er janvier 2015 dont 32.000 en Wallonie et 2466 personnes sur la ville de Charleroi.

Considérant que les projections de cette réforme vont encore accentuer les grandes disparités au niveau des régions, des provinces, entre communes, entre hommes et femmes et leur situation de famille, … et s’avère être injuste à tous les niveaux.

Considérant que ces exclusions ciblent principalement les plus fragiles sur le marché du travail, à savoir les femmes, les jeunes, les moins qualifiés, certaines personnes à capacité réduite, les travailleurs et travailleuses à temps partiels ainsi que les cohabitant(e)s.

Considérant que selon l’étude de la FGTB, 64 % des exclus seraient des femmes dont la plupart seules avec enfant(s).

Considérant que sur notre territoire communal, plus de 2.466 personnes sont visées par cette politique de sanction et d’exclusion menée aveuglément par l’Onem alors que le gouvernement fédéral est toujours dans l’incapacité d’impulser de véritables politiques de création d’emplois à la mesure des besoins.

Considérant les nombreuses fermetures d’entreprises, faillites de commerces et les milliers de pertes d’emploi dans notre région.

Considérant le nombre croissant de personnes vivant sous le seuil de pauvreté dans notre commune et le risque non négligeable que ces exclusions aggravent cette situation de précarité.

Considérant que dans ce contexte, une grande partie des exclus du chômage n’auront pas d’autre alternative que de s’adresser au CPAS pour assurer leur survie et celle de leur famille.

Considérant également l’inquiétude réitérée de la fédération des CPAS quant au transfert des charges générées par ces exclusions vers les CPAS qui aujourd’hui n’ont absolument pas les moyens d’assumer cette charge sociale supplémentaire.

Considérant que le CPAS de Charleroi subi déjà une augmentation du nombre de bénéficiaires du RIS de 58% depuis 2007 et que les estimations de la FGTB pourrait faire augmenter ce nombre de 47%, en considérant que tous les exclus deviendraient bénéficiaires du RIS

Considérant qu’actuellement, il n’y a aucun engagement ferme du fédéral pour nous assurer des moyens supplémentaires en vue de faire face à ce transfert des exclusions vers le CPAS.

Considérant ce qui précède, le Conseil communal de Charleroi, en séance du 24 février 2014 :


  • Désapprouve cette réforme du chômage qui s’apparente, de surcroît à une chasse aux chômeurs ;
  • dénonce le transfert inévitable de la plupart des exclus de l’Onem vers le CPAS ainsi que le risque de communalisation de la pauvreté ;
  • réclame donc, à tout le moins, la suspension, voire la suppression de cette réforme tant qu’il n’y aura pas de véritables et ambitieuses politiques de création d’emplois à la mesure des besoins ;
  • réclame, si une suspension n’est pas obtenue, que les charges qui pèseront sur le CPAS soient totalement compensées par le gouvernement fédéral
  • réclame une évaluation de la situation et du réel impact social de cette réforme sur les populations ciblées.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Proposition de motion MARCHES PUBLICS

Proposition de motion au Conseil communal de Charleroi du 23 avril 2018 Vu : le droit...

Lire la suite