Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Communiqué de presse relatif à la position des associations face au nouveau règlement communal limitant la prostitution et le racolage

Le Conseil Consultatif Egalité Femmes - Hommes de Charleroi, la Maison Plurielle, entre2 Wallonie, Espace P ont pris connaissance avec consternation de la décision du collège communal de Charleroi d’interdire toute forme de prostitution et le racolage dans le centre ville et de limiter la prostitution de vitrine à certains établissements sur le territoire de Gosselies.

Le Conseil Consultatif Egalité Femmes - Hommes de Charleroi, la Maison Plurielle, entre2 Wallonie, Espace P ont pris connaissance avec consternation de la décision du collège communal de Charleroi d’interdire toute forme de prostitution et le racolage dans le centre ville et de limiter la prostitution de vitrine à certains établissements sur le territoire de Gosselies.

Avant tout, le CCEFH souhaite rappeler que dans les décisions prises, ce sont essentiellement des femmes qui seront touchées par de telles mesures.

Pour rappel, la décision de délocaliser la zone de prostitution à la rue du Rivage a été prise suite à la dispersion progressive de l’activité prostitutionnelle (rue Léopold et quais) et aux projets de rénovation commerciale (Rive gauche).

Nous ne nous associons pas à la décision de la Ville de Charleroi relative à l’interdiction du racolage de rue qui sera mise en application le 1 Décembre pour les raisons suivantes :

  1. Cette décision sert à ‘’redorer’’ l’image de la ville au détriment d’un public vulnérable alors qu’on attend qu’elle en prenne soin.
  2. Plutôt que d’apporter des réponses aux besoins de sécurité des personnes en situation de prostitution, cette interdiction va renforcer la clandestinité, l’insécurité, l’isolement, les violences, exclusion et la précarité des personnes prostituées.
  3. De telles mesures augmenteront les risques sanitaires.
  4. Elle va mettre en difficulté le travail de mise en lien des personnes prostituées avec les associations de terrain.
  5. Aucune alternative ou solution n’est envisagée par cette mesure.
  6. Criminalisées, les femmes ne seront plus dans la possibilité de chercher une protection auprès de la police en cas de violence ou de nécessités.
  7. Les associations craignent des dérapages policiers en cas de contrôle et d’arrestation.

Pour rappel, le CCEFH avait rendu un avis à Madame Salvi et au collège en février 2014, en soulignant, entre autre, l’importance de renforcer la sécurité des personnes prostituées, et en demandant de soutenir les associations de terrain dans leur travail quotidien. La décision prise aujourd’hui par le Conseil communal va à l’encontre de ces deux recommandations.

De même, le Conseil consultatif met en garde de la mauvaise idée de vouloir à terme créer un Eros Center à Charleroi. Car ce n’est pas de cette manière que sera résolu le problème de la prostitution. Seul, un travail de fond sur le terrain doit être soutenu.

Pour le Conseil Consultatif Egalité femmes – Hommes, La Maison Plurielle, Entre2 Wallonie, Espace P.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite