Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Rapprocher le politique du citoyen

Vœux 2015 : Les écologistes de Charleroi, ville et arrondissement, souhaitent leurs meilleurs vœux aux citoyens de la région carolo et proposent de moderniser et renforcer la participation des citoyens carolos à la vie de leur cité.

  • Xavier Desgain, Conseiller communal à Charleroi
  • Luc Parmentier, Conseiller communal à Charleroi
  • Christophe Clersy, Échevin et Président de CPAS à Courcelles
  • Vincent Debruyne, Secrétaire régional de Charleroi
  • Aubry Mairiaux, Secrétaire régional de Charleroi

Hôtel de Ville de Charleroi, siège de la démocratie locale ©Jmh2o-2014

2015, un renouveau chez Écolo dans un monde citoyen qui bouge

Hier, Le Soir titrait « Les 18-30 ans ne croient pas à la politique », c’est le constat principal du Thermomètre Solidaris – RTBF qui porte une analyse sur la vie de ces jeunes adultes. Leur vision de la politique est (déjà) totalement désabusée : ils ne sont que 5% à penser que voter permet de changer les choses, 9% à estimer que la démocratie fonctionne en Belgique et 4% accordent leur confiance aux partis politiques. Et les spécialistes d’ajouter que ce sondage ne se préoccupe que des jeunes, c’est toute la société qui suit cette tendance car les facteurs de « mal-être » sont communs à toutes les générations.
Les résultats du 25 mai continuent à marquer ce sentiment de désillusion politique de nos concitoyens. Écolo l’entend, Écolo le comprend. Écolo s’est donc mis dans une dynamique d’écoute et de co-construction, d’abord à l’interne pour ensuite suivre la même démarche auprès des citoyens, pour apporter des réponses et des solutions à une société qui veut changer, trouver une nouvelle voie. Cette voie s’associe à celle tracée par Syriza en Grèce, une voie qui donne une réelle réponse à un système économique malade qui gangrène et abime toutes les facettes de notre vie : enseignement, emploi, environnement…
Or les citoyens tiennent à la démocratie, intuitivement ils savent ce qu’elle représente : 4 millions de personnes dans les rues en France, cela interpelle le monde politique. Parfois c’est aussi une opposition face au monde politique comme cela a été le cas avec les manifestions et grèves pour l’emploi de ces derniers mois.

Après un temps de réflexion interne, Ecolo est au tournant de son redéploiement avec l’élection d’un nouveau secrétariat fédéral. Nous avons deux équipes avec chacune un projet, Écolo projets proches et qui cherchent le rapprochement entre les membres du parti mais aussi entre le parti et les citoyens.
Notre régionale suit la même dynamique et va renouveler son secrétariat régional offrant ainsi de nouveaux interlocuteurs et un nouveau projet pour le bassin carolo. Toutefois, comme pour nos co-présidents, l’élection n’a pas encore eu lieu et suivra prochainement.

Cette volonté d’écoute et de proximité avec les citoyens n’est pas vraiment le mouvement suivi par la majorité en place ici à Charleroi et au premier chef par son bourgmestre Paul Magnette.

Notre proposition – Moderniser et renforcer la participation des citoyens carolos à la vie de leur cité

La ville de Charleroi a été une des premières villes à disposer d’un règlement sur la participation du citoyen à la ville communale. Nous constatons toutefois qu’il est peu connu et peu utilisé par les citoyens et n’est pas adapté aux évolutions des technologies de communication liées au développement des réseaux sociaux et à la généralisation des appareils de prises de vue multimédias. Il en résulte une certaine frustration de citoyens qui ne se sentent pas entendu et qui soit s’éloignent de plus en plus des institutions communales soit s’expriment de façon de plus en plus émotionnelle dans le public lors des séances du conseil communal. La qualité du vivre ensemble, qui est une valeur forte des carolorégiens, s’en ressent, et il est donc important d’y apporter des réponses nouvelles qui s’adaptent mieux aux habitudes d’actions et de communication de la population.

Écolo souhaite réconcilier les citoyens qui veulent contribuer à améliorer la vie locale, à contribuer à la prise de décision, à faire entendre leurs arguments, projets et opinions auprès du conseil communal et du collège communal. C’est bien sûr une question d’attitude et de disponibilité des membres du collège communal et des élus locaux, et aussi une question de modernisation et de dynamisation des règles de participation des citoyens à la vie communale.

Le débat que nous avons eu lors du conseil communal du mois de décembre à propos de l’interdiction de filmer les séances du conseil communal a été très éclairant, tant par rapport à la difficulté de la majorité XXL d’accepter la publicité des débats que par rapport à la volonté d’adapter l’institution communale aux nouvelles technologies et habitudes de communications des citoyens. Notons déjà que sous la pression, le président du conseil communal de lundi a annoncé réfléchir à une solution technique pour filmer l’intégralité des séances du conseil communal. Nous verrons ce qu’il en sera.

Les conseillers communaux du groupe Écolo déposeront une modification du règlement d’ordre intérieur du conseil communal afin de moderniser et dynamiser la participation des citoyens à la vie communale, notamment par une meilleure publicité des débats du conseil communal et en ouvrant la possibilité de poser des questions écrites au collège communal par internet. Nous avons également introduit un recours, dans un premier temps auprès du ministre Furlan, contre l’interdiction à priori de filmer les séances publiques du conseil communal. Pour Écolo, il est essentiel de rapprocher les habitants des villes et communes du pouvoir communal et de leur donner la possibilité de mieux s’impliquer dans la vie communale, et d’être mieux entendu par les élus qui exercent le pouvoir au niveau local. C’est d’autant plus important que la commune gère et administre de très nombreuses matières de proximité, comme la propreté, la tranquillité, l’aménagement des quartiers, les services administratifs de base, la qualité de la vie dans l’environnement immédiat de chacun des habitants.

Améliorer et moderniser la publicité des débats

Écolo est déjà intervenu à de nombreuses reprises pour améliorer la publicité des débats. C’est ainsi que nous avons obtenu la publication d’un compte rendu « journalistique » des débats du conseil communal. C’était une petite avancée par rapport à la situation antérieure, où seul un compte-rendu des votes très austère était disponible.

Actuellement, le son des conseils communaux est enregistré pour réaliser le compte rendu journalistique. Nous proposons donc que cette bande son soit rendue publique sur le site internet de la ville dès le lendemain du conseil communal, ce qui permettrait à qui le souhaite d’entendre partie ou intégralité des débats. Cela ne demande pas d’investissements particuliers et peut être réalisé dès le prochain conseil.

Nous proposons également qu’à l’avenir, les conseils communaux soient filmés, comme le sont par exemple les séances publiques du parlement wallon, et que cela soit accessible sur internet. Ceci demande toutefois quelques investissements, mais cela permettra à toute personne de prendre connaissance des débats publics du conseil communal avec les technologies du moment et cela renforcera la transparence et la visibilité du conseil communal. Le président du conseil a annoncé lors du conseil communal de ce mois de janvier qu’il réfléchissait à la meilleure solution technique et nous verrons ce qu’il en sera. Toujours est-il que nous voulons que cette publicité des débats soit inscrite dans le règlement d’ordre intérieur du conseil communal.

Écolo propose également de supprimer l’interdiction à priori de filmer le conseil communal pour les citoyens et de limiter l’interdiction à des personnes qui manifesteraient ou inciteraient au tumulte tout en réalisant des prises de vue ou des prises de son (ce qui est difficile avec les mains occupées et les yeux fixés sur les appareils ou objectifs de vision et de contrôle…), afin de permettre à tout citoyen et à tout conseil communal d’effectuer des prises de vue durant le conseil sans troubler son bon déroulement.

Enfin, nous renouvelons notre proposition d’abonnement électronique à l’ordre du jour du conseil communal, afin que chaque citoyen qui le souhaite puisse être informé de l’ordre du jour du conseil communal et des modifications de dates (cela arrive de temps en temps, et des citoyens habitués du conseil communal ratent le conseil car ils ne sont pas informés de ces changements de date). Cette proposition a jusqu’à présent été rejetée par la majorité, nous espérons qu’elle sera cette fois acceptée, ce système d’abonnement électronique étant de plus en plus courant sur le net. C’est notamment le cas à la ville de Namur.

Nous constatons par ailleurs que l’action et les travaux des conseils consultatifs instaurés par le règlement d’ordre intérieur du conseil communal sont peu connus et que leur publicité est très discrète. Nous proposons donc que leurs avis et rapports soient mis en ligne sur le site de la ville dès leur adoption.

Moderniser la participation

Nous constatons depuis plusieurs années que les mécanismes de participation du citoyen existants (question écrite, interpellation du collège en séance du conseil communal, mise d’un point à l’ordre du jour, consultation populaire) sont très peu utilisés et que plusieurs groupes de citoyens viennent maintenant s’exprimer directement durant le conseil communal, au risque de perturber le bon ordre des travaux du conseil communal. Si nous n’avons pas beaucoup de difficultés avec ces manifestations, il y a quand même lieu de favoriser ces expressions au travers des procédures existantes et de les moderniser pour utiliser toutes les nouvelles technologies de communication.

C’est pourquoi nous proposons que les questions écrites et les interpellations adressées au collège puissent être envoyées par internet (via le site de la ville, via la présence de la ville sur facebook) et que les réponses aux questions écrites puissent être publiées par le même canal. Écolo propose également que les questions écrites et les interpellations citoyennes puissent être appuyées de supports multimédias comme c’est le cas pour certaines interventions du collège communal.

Écolo propose également de permettre des auditions d’acteurs de la société civile tant en commissions de conseil communal qu’en séance plénière afin d’éclairer les débats. Ces auditions seraient décidées par des conseillers communaux, à la demande d’un certain nombre de conseillers communaux ou d’associations actives sur le territoire de la ville de Charleroi, et devraient porter sur les points à l’ordre du jour du conseil communal.

Enfin, nous proposons que les avis des conseils consultatifs soient soumis à consultation, ou réactions et avis des habitants de la ville via le site internet de la ville avant leur adoption définitive et qu’un espace de débat public par internet soit animé par ces conseils sur les avis les plus importants.

Une plus grande reconnaissance des comités de quartiers

La ville de Charleroi a reconnu l’existence de 55 quartiers. Ce découpage de base nous paraît idéal pour que chacun s’identifie au plus proche, à son quartier, et à la ville comme échelon local pour fédérateur. Pour les écologistes, la vie de quartier, les liens sociaux qui peuvent s’y développer sont essentiels au développement de la ville de Charleroi. Il est donc important pour nous de faciliter la démocratie locale et permettre à des citoyens actifs de se regrouper dans ces périmètres pour contribuer à la ville sociale de proximité dans leur quartier.

Plusieurs comités de quartiers sont structurés sur ces zones reconnues et ont souvent une action plus globale que les comités de quartiers structurés sur des zones petites. Nous souhaitons donc favoriser l’émergence de comités de quartiers structurés sur les quartiers reconnus par la ville, et que leur rôle associatif et participatif soit mieux reconnu, notamment en favorisant l’utilisation des nouvelles technologies de communication et de ville intelligente.

Nous proposons donc une procédure d’interpellation allégée pour ces comités de quartiers reconnus.

Écolo propose également la mise en place d’une procédure de concertation avec le collège communal à l’initiative du comité de quartier. Cette concertation doit pouvoir déboucher sur une rencontre publique entre le comité de quartier, les habitants du quartier, les élus locaux qui souhaitent y assister et les échevins concernés par les demandes du comité de quartier. Cette demande de concertation devrait être rédigée sur la même base qu’une interpellation et réunir un certain nombre de signatures, et le caractère public de la rencontre devrait être assuré par le pouvoir communal.

Nous proposons aussi d’ouvrir la possibilité de consultation populaire de quartier à l’initiative des habitants des quartiers où un comité de quartier est reconnu.

Enfin, il nous paraît important que le site internet de la ville puisse héberger ces comités de quartier reconnus, dans le respect d’une charte commune d’utilisation bien entendu, et que ces lieux virtuels puissent devenir des lieux d’échanges entre habitants de chaque quartier. Cela contribuerait à renforcer la dimension citoyenne de l’action des habitants des quartiers.

Renforcer la publicité des procédures

Nous constatons que les procédures de participations du citoyen sont trop peu connues et que la publicité de ce règlement, qui est bien prévue, n’est pas réalisée avec les fréquences et intensités nécessaires. Nous demandons donc qu’une information plus régulière soit assurée, tant pour faire connaître les procédures de questions écrites et d’interpellation, que pour assurer une bonne publicité aux procédures existantes, comme les rapports des conseils consultatifs, mais aussi des questions écrites et interpellations des élus eux-mêmes. Cela demande une action plus volontariste et proactive que pour le moment.

Ces démarches proactives nous les mettons en place dans nos majorités :

Le fifty-fifty courcellois

A Courcelles, Christophe Clersy, en tant qu’échevin en charge de la participation citoyenne, a lancé un appel à projets pour un budget participatif « Fifty-fifty ». Il s’agit de 10.000€ alloué à ce budget pour la réalisation de projets visant à l’amélioration du cadre de vie des quartiers. Il s’agit ici de travailler en synergie avec des citoyens qui s’associent pour l’occasion ou appartiennent déjà à un comité de quartier, une association… : ceux-ci proposent des projets et assurent la réalisation et/ou la gestion tandis que la commune leur fournit le soutien financier et technique. Cette année était l’année pilote pour cette initiative.

Plus d’informations dans l’annexe 1 : Règlement associé à cet appel à projet.

Des vœux pour 2015

Les écologistes de Charleroi, ville et arrondissement, souhaitent leurs meilleurs vœux aux citoyens de la région carolo. Nos vœux sont ceux d’un pari réussi pour notre société. Une des étapes pour sa réussite sera Paris 2015…
Cela passera également par l’action, sur le terrain, à la rencontre du citoyen : le premier pas sera effectué le 13 février lors de notre habituelle (et bien connue des navetteurs) action Saint-Valentrain.


Billets connexes

Les commentaires sont fermés



À voir également

Voeux 2018

Vœux 2018 - Une ville pour les Carolos, par les Carolos

Pour les écologistes, il est important que les habitants de la ville participent à sa relance,...

Lire la suite

microphone - © Littleman & www.sxc.hu

Petits fruits… de mon jardin

Ecolo sensibilise la population à une production locale et de qualité, qui fait vivre nos...

Lire la suite