Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une démocratie locale à deux vitesses

Dans les arrondissements de Thuin et de Charleroi, des élus d’opposition MR et Écolo se mobilisent.

  • Source : l’Avenir
  • Auteur : Didier Albin

Des conseils communaux à deux vitesses, avec des moyens de contrôle et d’information déséquilibrés selon que l’on siège dans la majorité ou dans l’opposition: c’est le ressenti de Serge Delauw et Luc Parmentier, qui poussent un coup de gueule d’une même voix. Le premier est élu à Beaumont (arrondissement de Thuin) et y dirige le groupe Intérêts Communaux à tendance MR; le second est chef de groupe Écolo à Charleroi. Dénominateur commun: ils évoluent dans des minorités et y rencontrent les mêmes obstacles dans l’exercice de leurs mandats. Exemples concrets: le traitement de leurs recours auprès du ministre de tutelle des Pouvoirs locaux Paul Furlan s’étend parfois sur des durées excessives.

«Il a fallu 15 mois pour avoir la réponse à une réclamation sur le coût-vérité excessif appliqué à Beaumont en matière de collecte et de destruction des déchets ménagers, rapporte Serge Delauw. Alors que la législation plafonne ce taux à 110%, on en était à 117% avec la fiscalité communale. Le délai anormalement long d’examen du dossier a donné tout le temps nécessaire à la majorité cdH pour changer de politique», déplore-t-il.

À Charleroi, Luc Parmentier ne compte plus les recours non suivis ou en attente d’une réponse. «L’accusé de réception arrive vite. Par contre, l’avis met des mois à être rendu.»

Dernière illustration en date: la contestation du nouveau règlement d’ordre intérieur du conseil communal qui selon l’écologiste, «censure la liberté d’expression». Depuis décembre dernier, il est strictement interdit à un non-journaliste de prendre des images ou du son lors des débats publics. Parmentier y voit la volonté du ministre régional Furlan de ne pas déranger le bourgmestre d’une commune qui est aussi le chef de son propre gouvernement.

Pour améliorer le fonctionnement de la démocratie communale, les deux élus ont des propositions. D’abord, la création d’un «guichet des minorités communales», au service des élus de toutes les oppositions. Ce dispositif pourrait être complété par la mise en place d’une cellule d’assistance juridique, disent-ils. Trois: instituer dans le code de la démocratie locale des contraintes de transparence pour accéder à des PV ou documents officiels. Et quatre: imposer au ministre de tutelle un délai de rigueur pour sa réponse aux recours. Enfin, Serge Delauw et Luc Parmentier préconisent d’élargir l’accès aux sources d’information. Notamment à l’Union des villes et communes qui apparaît à leurs yeux comme «un syndicat des majorités.»


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite