Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un plan de mobilité « trop carolocentriste »

L’opposition n’a pas voté le plan communal: Écolo et le PTB le jugent «trop carolocentriste». Il renforce toutefois la place du vélo.

  • Source : l’Avenir
  • Auteur : Didier Albin

Mis à l’enquête publique après son adoption provisoire en janvier 2014, le Plan communal de mobilité (PCM) de Charleroi vient d’être adopté dans sa version définitive, majorité PS-MR-cdH contre opposition PTB-Écolo. Comme l’a noté le bourgmestre, cinq grands principes y sont définis: «renforcement de l’accessibilité en transport en commun, diminution de la pression automobile, amélioration de l’espace piétonnier, politique cycliste ambitieuse et augmentation de la rotation du parking».

Ces dispositions concernent, dans un premier temps, l’intraring. Et c’est bien le reproche adressé par les groupes d’opposition Écolo-PTB.

En dehors du cœur de ville, rien n’est fait pour rencontrer ces objectifs. Xavier Desgain se demande comment on va pouvoir motiver des usagers à se rendre à vélo dans le cœur de Charleroi si les axes de pénétration ne sont pas équipés de pistes cyclables sécurisées. Pour les verts, il faut donc voir plus grand. Plus vite.

Déjà, une série de mesures sont en cours de concrétisation sur le terrain: chantiers de rénovation des voiries et trottoirs dans le quartier Vauban à la Ville Haute, création d’une route d’accès entre le pont Olof Palme et le boulevard Tirou par la cité des Finances, amélioration de la circulation des bus sur les axes principaux de Charleroi.

Le paquet pour le vélo

Mais c’est en matière de politique cyclable que le plan veut mettre le paquet: à la Ville Basse, 21 rues ont été mises en sens unique limité (SUL), c’est-à-dire praticable dans les deux sens par les vélos. Une étude est en cours à la Ville Haute: selon le service mobilité de la police, 34 des 44 artères du secteur pourraient adopter le même statut d’ici la fin de l’année. Enfin, le PCM préconise l’installation de 800 emplacements de parking vélo, répartis sur 14 sites. C’est avec le Gracq (Groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens) que le choix des localisations a été opéré. L’appel d’offres pour l’acquisition et le placement de ce matériel sera lancé en avril, pour un budget de 80 000€ en fonds propres.

Quant à l’extension du parking voitures payant dans l’intra-ring urbain, il ne s’agit que d’une volonté politique. Les modalités de tarifs et de durée de stationnement seront définies par la suite. «Nous nous donnons le temps d’y réfléchir», dit le bourgmestre en assurant que les riverains ne seront pas pénalisés. «Pour le premier véhicule d’une famille, on pourrait envisager jusqu’à la gratuité du parking», dit-il.

Pas de quoi rassurer le PTB qui y voit un frein à l’attractivité du cœur de ville.

Pour améliorer la mobilité urbaine, Sofie Merckx a suggéré d’ajouter un onglet «comment se déplacer» sur le site internet de Charleroi.


Billets connexes

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite