Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un arbre à chaque naissance ? Irréaliste.

Planter un arbre pour chaque nouvelle naissance: un projet irréaliste à Charleroi, selon l’échevin de l’Écologie urbaine.

  • Source : l’Avenir
  • Auteur : Didier Albin

Didier Albin, l'Avenir, 8 avril 2015, Charleroi, p. 10

Une population, c’est un peu comme une forêt: avec des parties plus touffues et d’autres moins denses, elle se compose d’une large variété d’arbres, de vieilles et de jeunes pousses, de troncs plus ou moins larges. Le paysage évolue en permanence, la forêt se repeuple. Comment mieux illustrer l’évolution démographique qu’en plantant un arbre pour chaque naissance?

Ce projet mis en œuvre dans plusieurs villes à l’étranger, comme notamment Le Séquestre, dans le Tarn-et-Garonne, au sud de la France, ne verra pas le jour à Charleroi. Dans une réponse écrite à la suggestion du chef de groupe Écolo de l’opposition, l’échevin de l’Écologie urbaine, Cyprien Devilers (MR), explique en effet que la ville n’a pas les moyens d’une telle ambition végétale. Elle ne dispose pas de réserves foncières suffisantes pour faire face à la… natalité. De fait: le territoire compte 60% de zones bâties. L’an passé, 4 486 naissances ont été enregistrées. Pour les deux premiers mois de 2015, on en est déjà à 760. En tenant compte des besoins de chaque arbre pour lui permettre de se développer dans de bonnes conditions, soit à peu près 25 m2 , il faudrait en moyenne reboiser un espace de 11 hectares par an, 110 000 m2 ! «A ce train-là, le bassin sidérurgique de Duferco Carsid serait entièrement transformé en forêt en moins d’une décennie.» On imagine déjà le Marchiennois se munir d’une réserve de petits cailloux pour s’aventurer dans ce maquis sans se perdre. Ou le Moncellois évoquer des légendes aussi mythiques qu’en forêt de Brocéliande: c’est un bois dont la majorité PS-MR-cdH au pouvoir n’entend manifestement pas faire flèche…

«Notre priorité est de soutenir le redéploiement économique en lui réservant un maximum de sols», répond Cyprien Devilers. Pas question de les galvauder. Et dire que sous la précédente mandature, Éric Massin avait rêvé d’une serre tropicale sur le site des expos!


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Didier Albin, Le Soir, 10 mars 2016, édition Hainaut, p. 24

Charleroi: le stand de tir en infraction avec la réglementation environnementale

Les policiers de la zone s’entraînent dans une infrastructure non conforme.

Lire la suite

Didier Albin, l'Avenir (édition entre-Sambre-et-Meuse), 2 février 2016, p. SM 11

Toutes les motions d’Écolo recalées

Aucun des projets de motion inscrits à l’ordre du jour par le groupe Écolo de l’opposition n’a été mis au vote. Explications.

Lire la suite