Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les jeux de hasard trop accessibles?

Madame l’Echevine déléguée,

La Commission des Jeux de hasard vient de mettre les autorités locales en garde contre la prolifération des agences de paris dans les villes.
En effet, selon le président de la Commission, Etienne Marique : je cite :
“Les bookmakers sont trop accessibles, les contrôles sur les joueurs mineurs sont insuffisants, et il y a une extension forte du secteur y compris en ce qui concerne les machines à sous”.
En Belgique, la règle veut que les agences de paris soient séparées les unes des autres d’une distance d’un kilomètre, mais la Commission met en garde contre un nouveau phénomène qui contourne cette règle: les faux marchands de journaux.
“Extérieurement cela ressemble à une librairie mais lorsque vous entrez, il s’agit clairement d’agences de paris”, expliquait d’ailleurs Peter Naessens, directeur général de la Commission des jeux de hasard.

À Charleroi, les lieux où les personnes peuvent assouvir leur passion pour le jeu ne manquent pas. On compte 4 salles de jeux et 63 agences de paris. À ces chiffres, il faut ajouter les sites de jeux en ligne, les 120 librairies qui acceptent les paris ou encore les bingos dans les 280 cafés ayant une licence F2.

En Belgique, 286.096 personnes ne peuvent plus accéder aux casinos et aux autres jeux de hasard. Elles sont regroupées dans un système électronique nommé EPIS (Excluded Persons Information System). Un instrument qui permet de lutter contre l’assuétude au jeu.

Le Hainaut est particulièrement touché par le phénomène. 3.049 personnes ont demandé elles-mêmes à être interdites de jeu.
Notre province arrive en tête des interdits devant Liège (2.814) et Bruxelles (2.771).

Cette première place dans le hit-parade francophone serait due à la réalité socio-économique.
Dans une région plus pauvre, les gens essaient souvent de rêver et jouent donc plus et espèrent s’offrir une nouvelle vie en remportant le gros lot.

Madame l’Echevine déléguée pourrait-elle me faire savoir si ce nombre important d’établissements de hasard est stable ou s’il en train d’exploser ?

Quels sont les contrôles mis en place par la Ville et la police de Charleroi pour encadrer la présence de ces établissements sur le territoire communal ?

Ne faudrait-il pas aménager le Règlement Général de police sur le sujet en fixant les conditions légales et réglementaires d’exploitation : sécurité, salubrité, bonne vie et moeurs de l’exploitant, etc… ?

Dans l’attente de votre réponse, veuillez recevoir, Madame l’Echevine déléguée, mes carolorégiennes et écologiques salutations.

  • Luc Parmentier, Chef de groupe au conseil communal.

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Trafics de drogue et risques de corruption, comment sommes-nous protégés ?

Il n’y a pas une semaine qui passe sans que les trafics de drogue et leurs nuisances fassent...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Rénovation du Boulevard Mayence... Et l’information Bordel !

Monsieur l’Echevin, Des panneaux nouvellement plantés annoncent la rénovation du Boulevard Mayence...

Lire la suite