Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Plan de répartition et accueil des réfugiés

Comme d’autres pays d’Europe, la Belgique est confrontée à la crise de l’accueil des réfugiés fuyant l’horreur de la guerre en Syrie et Irak. Ces événements tragiques nous renvoient à notre propre histoire et notre passé douloureux.

Liés par le droit international, le principe de protection internationale et des valeurs morales, nous nous devons d’assumer notre part d’humanité et de solidarité comme cela en été à notre égard par le passé. La Commission européenne a engagé des programmes d’urgence dans le but de relocaliser près de 160000 personnes ayant introduit une demande de protection internationale à partir des États membres les plus touchés vers d’autres États membres de l’UE et cela dans une perspective de « renforcement des capacités en matière d’accueil, d’asile et de contrôle des frontières ».

Le pouvoir fédéral prépare un plan de répartition obligatoire qui selon l’UVCW sera applicable à travers l’article 57ter/1 introduit dans la loi organique des CPAS en 2013. Article qui prévoit que le CPAS est tenu de créer des initiatives locales d’accueil sur son territoire. Les CPAS seront donc des acteurs de référence dans la phase « d’intégration » des demandeurs d’asile mais aussi des partenaires dans la mission d’accueil.

Il est évident que la ville de Charleroi sera sollicitée ou est peut-être déjà confrontée à l’arrivée de réfugiés puisque l’accueil était prévu pour ce mois d’octobre. Dans ce contexte, beaucoup de questions se posent.

  • Existe-t-il déjà une estimation sur la répartition ou sur le nombre de réfugiés potentiels à accueillir dans notre ville ?
  • De quels moyens dispose-t-on ou pouvons-nous espérer ?
  • Quels pourraient être le rôle et la contribution de notre Ville à ce noble défi ?
  • Quelles sont les synergies envisagées avec le CPAS, Fedasil ou des associations pour accueillir dans les meilleures conditions des hommes, des femmes et des enfants traumatisés par la guerre et l’exil ?
  • Comment des familles désireuses d’accueillir des réfugiés pourraient s’inscrire dans cette dynamique ?
  • Quelles sont les actions envisagées ou concertées pour assurer la meilleure intégration et cohabitation possible ?
  • Quant aux enfants, quels sont les moyens disponibles ou envisagés pour leur permettre d’accéder à la scolarité ?
  • Quelles seraient éventuellement les contraintes rencontrées ?

D’avance, je vous en remercie.

  • Malika El Bourezgui, Conseillère communale.

Billets connexes

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Trafics de drogue et risques de corruption, comment sommes-nous protégés ?

Il n’y a pas une semaine qui passe sans que les trafics de drogue et leurs nuisances fassent...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Rénovation du Boulevard Mayence... Et l’information Bordel !

Monsieur l’Echevin, Des panneaux nouvellement plantés annoncent la rénovation du Boulevard Mayence...

Lire la suite