Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Cantines scolaires

Monsieur l’Echevin,

En janvier 2013, je vous avais interrogé sur le cahier des charges destiné aux cantines scolaires de notre Ville.

Vous m’aviez affirmé que notre cahier des charges était beaucoup plus complet que celui proposé par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Celui de la fédération se concentrait avant tout sur des questions d’ordre juridique et vaguement sur la qualité diététique des repas tandis que le nôtre était beaucoup plus élaboré et nuancé en matière d’équilibre des repas et de qualités nutritionnelles (grammage et équilibre calorique, établis selon trois catégories, l’une spécifique au maternel, l’autre au primaire et la troisième au secondaire « adulte » ; l’établissement de normes strictes, intégrant notamment les recommandations de l’AFSCA, en matière de chaîne du froid, ou encore le souci de garantir un équilibre alimentaire en relation avec les nutriments caloriques).

Il me revient que malgré un cahier des charges « pointu », le nombre d’enfants mangeant un diner complet dans nos cantines scolaires est en diminution constante. Lors du passage de la gestion interne des cantines scolaires à la société Sodexho, le nombre d’élèves mangeant à la cantine avait fortement chuté au vu de la piètre qualité gustative des produits proposés.

« Sur papier » : http://www.api-restauration.be/doc/menus/menu.pdf , la société « Api-restauration SA » ayant emporté le nouveau marché, semble apporter une dynamique positive mais « dans l’assiette », elle n’a pas réussi à inverser la tendance !

Des parents et des enseignants semblent même regretter le temps de Sodexho… C’est peu dire !

Monsieur l’Echevin pourrait-il me faire connaître l’évolution du nombre de dîners complets servis dans nos cantines scolaires et les mesures prises par son administration pour « essayer » d’inverser la tendance ?

Les différents changements de concessionnaires ont-ils eu une influence sur la fréquentation ?

Une enquête de satisfaction a-t-elle été lancée auprès des parents et des enseignants pour savoir où le bat blesse ? Des contacts ont-il été pris avec le soumissionnaire afin d’améliorer le fonctionnement, la présentation des plats, le choix des menus mais surtout la qualité gustative des repas proposés à nos enfants ?

 L’éducation nutritionnelle est un des grands enjeux de notre société et il est important de favoriser une alimentation équilibrée et savoureuse, de réinventer la cuisine de collectivité et de démontrer que manger sain, équilibré et durable ne coûte pas nécessairement plus cher.

A l’heure d’aujourd’hui, nos écoles communales ne semblent pas en capacité de relever ce challenge.
Monsieur l’Echevin pourrait-il me faire connaître à quelle date le marché actuel prendra fin ainsi que l’agenda de la procédure à mettre en place pour lancer le nouveau marché ?
Ne faudrait-il pas y incorporer des critères de « satisfaction » minimale permettant d’interrompre la fourniture de repas suite à la piètre qualité gustative de ceux-ci ?

  • Luc Parmentier, chef de groupe au Conseil communal

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Passation

Monsieur le Bourgmestre, Depuis le mois de décembre 2006, trois mains, immenses, de 9 m de haut...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Affichage électoral

Monsieur le Bourgmestre, Les élections communales et provinciales viennent de se terminer....

Lire la suite