Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

E420 : Le gouvernement wallon poursuit son projet de trident autoroutier au sud de Charleroi et traine sur le projet de ligne de bus à haut niveau de service sur la N5

Après avoir décidé de modifier le plan de secteur pour inscrire le tracé de ce trident maudit le 29 octobre 2015 et décidé de réaliser l’étude d’incidences le 4 février 2016, le gouvernement wallon a désigné l’auteur de l’étude d’incidences le 23 août dernier. Il s’agit du bureau d’étude STRATEC.

Les procédures administratives pour le trident avancent donc. La prochaine étape sera la réunion préalable à l’étude d’incidences. Nous ne connaissons pas encore la date de cette réunion.

Pendant ce temps, le projet de ligne de bus à haut niveau de services sur la N5 au sud de Charleroi et sur la N 53 à l’ouest de la ville vers Mont-Sur-Marchienne traine lamentablement. Sous l’impulsion des écologistes, Le gouvernement wallon PS CDH ECOLO en a décidé le principe dès 2011, prévoyant un budget de 5 millions par an pendant cinq ans.

Une étude a été commandée par la SRWT début 2015, et le gouvernement, qui n’avait pas encore utilisé les budgets prévus en 2011 a simplement prévu actuellement un budget de 5 millions pour faire avancer ce projet.

Cette étude comporte les 3 volets suivants :

  • volet 1 : une étude stratégique de mobilité en faveur des transports en commun qui établit un diagnostic général des axes concernés et des propositions d’aménagements en regard des difficultés rencontrées sur ces axes ;
  • volet 2 : sur base de l’étude du volet 1, des études d’infrastructures routières (étude de projet, réalisation de cahier des charges, aide à la passation de marché de travaux et suivi de chantier) ;
  • volet 3 : dans la même logique que le volet 2, des études d’équipement des carrefours à feux nécessaires pour chaque tronçon mis en chantier.

La phase 1 de cette étude est terminée depuis juillet 2015, sans que le ministre Di Antonio n’y donne suite jusqu’à présent. A suivre donc.

Une fois de plus, le gouvernement avance vite sur les infrastructures routières très coûteuses et traine lamentablement sur les infrastructures de transport en commun, exactement à l’inverse de ce que la sauvegarde du climat imposerait.


Billets connexes

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

L’intermodalité sera la solution pour remplacer la E420 au sud de Charleroi

Gérer la mobilité au sud de Charleroi est un véritable défi. Comment résoudre la congestion du...

Lire la suite