Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tombes, caveaux, mobiliers funéraires à vendre

Question de Monsieur le Conseiller Luc PARMENTIER

A Gerpinnes, les autorités locales ont décidé de mettre en vente plusieurs de leurs tombes mais aussi du mobilier funéraire issu de caveaux et sépultures désaffectés dans les cimetières gerpinnois.

Madame l’Echevine pourrait-elle me faire connaître les modalités mises en place par ses services pour organiser la reprise de caveaux, emplacements et autres mobiliers funéraires par de nouveaux acquéreurs dans les cimetières de notre Métropole ?

Comment le carolo moyen peut-il être au courant de la disponibilité de ceux-ci (affichage, internet, et ETC…) et quels sont les critères pour désigner les acheteurs éventuels (le premier, le plus disant, etc…) .
Des exigences urbanistiques sont-elles liées à ces « ventes ?

Réponse de Madame l’Echevine déléguée Françoise Daspremont

La Ville de Charleroi revend des caveaux de réemploi depuis une vingtaine d’années. Il existe à ce jour +/- 2300 emplacements possibles, soit parce qu’ils ont fait l’objet d’une reprise suite à un défaut d’entretien, soit parce qu’ils n’ont pas été renouvelés mais tous ne sont pas forcément susceptibles d’intéresser les citoyens.
Dans certains cas, nous devons également enlever par nos soins les constructions, devenues dangereuses.

Actuellement, nous fonctionnons à la demande puisque pour mettre à disposition un caveau, cela présuppose que celui-ci soit vidé, ce que nous ne savons actuellement faire à grande échelle… Il nous est donc difficile, à ce jour, pour des raisons pratiques, de mettre à disposition du public une liste de caveaux revendables.

Dans la pratique, lorsqu’un citoyen en fait la demande, nous lui proposons un emplacement. Si celui-ci lui convient, le citoyen achète la concession (le prix varie en fonction du nombre de corps) et paie un forfait pour la construction existante (519.3€ réclamés par le service des Finances).

Le citoyen est également tenu de remettre en état la construction dans un délai de 6 mois à dater de l’octroi de la parcelle. A défaut, le Collège Communal peut décider de reprendre la concession octroyée ainsi que les constructions qui y sont attachées (voir article 81 du RG relatif aux Funérailles et sépultures).

Nous envisageons à l’avenir d’étendre cette pratique.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Place Matteotti

Question posée par Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur l’Echevin, Votre majorité a décidé...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Sécurité à Lodelinsart

Question posée Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur le Bourgmestre, Je viens d’être...

Lire la suite