Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bilan du parcours d’intégration

Depuis février 2016, le parcours d’intégration est devenu obligatoire en Wallonie pour toutes les personnes étrangères ou d’origine étrangère qui s’installent en Wallonie.

En plus du bilan d’accueil, sont désormais imposés l’apprentissage du français, la formation à la citoyenneté ainsi qu’une orientation vers un dispositif d’insertion socio-professionnelle adapté si nécessaire.

Les centres régionaux d’intégration sont des acteurs de 1 ère ligne dans la mise en œuvre du parcours d’intégration. Ils agissent en synergie avec des partenaires du réseau associatif, public et privé. A Charleroi, c’est le CPAS qui a reçu la mission de l’accueil des réfugiés, à travers son service « Action Migrants ».

Aujourd’hui, pouvez-vous nous dire quel est le bilan que vous pouvez en retirer ?

Combien de personnes ont pu bénéficier du parcours d’intégration ? Combien d’heures données par apprentissage ?Combien de personnes ont nécessité une orientation vers un dispositif d’insertion socio- professionnelle ?

Combien de personnes sont en attente ?

Quels est le délai d’attente ?

Combien d’enseignants ou formateurs ont été mobilisés ?

Comment évaluez-vous le parcours d’intégration ?

Estimez-vous qu’il répond pleinement aux objectifs fixés par le décret ?

Il me revient de réfugiés que j’ai pu rencontrer que la méthode d’apprentissage du français par exemple ne correspond pas toujours à leur niveau d’instruction. En effet, des réfugiés ayant déjà eu l’expérience d’une instruction, d’une formation dans des universités ou des hautes écoles dans leur pays d’origine, se voient proposer des cours du même niveau que pour des personnes qui n’ont pas eu de parcours scolaire ou très faible.
De plus, ces mêmes réfugiés évoquent de nombreuses absences chez des enseignants ou formateurs mettant à mal la régularité des apprentissages. La répartition des groupes apprenants seraient à revoir.

Ils ont une solide formation et expérience professionnelle mais ils leur manque juste un cours de français intensif pour pouvoir trouver un travail, s’émanciper et s’intégrer.

Pouvez-vous m’éclairer sur ces situations ?

Je vous remercie d’avance de votre réponse.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Passation

Monsieur le Bourgmestre, Depuis le mois de décembre 2006, trois mains, immenses, de 9 m de haut...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Affichage électoral

Monsieur le Bourgmestre, Les élections communales et provinciales viennent de se terminer....

Lire la suite