Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Motion à l’encontre de la mise en place du projet pilote de trains sans accompagnateur sur la ligne Charleroi-Couvin

Proposition de motion au Conseil communal de Charleroi
Le Conseil communal de la Ville de Charleroi en séance publique,

Vu le plan d’économies imposées à la SNCB,
Vu le souhait de la SNCB d’être concurrentielle en terme de coût d’exploitation pour pouvoir revendiquer l’exploitation de certaines lignes (Directive européenne sur l’Obligation des services publics),
Vu les études de faisabilité et d’incidence du projet « One Man Car » (train sans accompagnateur) , dénommé DOO au niveau européen) présentés le 7 décembre 2016,
Vu la décision du Conseil d’administration de la SNCB de modifier les règles de fonctionnement du transport ferroviaire en supprimant le poste d’accompagnateur de train sur certaines lignes rurales,
Vu que la ligne 132 est considérée comme ligne rurale, mais qu’il n’y a plus que deux gares ouvertes sur cette ligne, toutes les autres ayant été réduites à de simples points d’arrêts sans présence ou surveillance de personnel de la SNCB,
Vu qu’il est question de tester dès 2019 le système « one man car » sur cette ligne 132 Charleroi Sud- Couvin,
Vu l’intérêt pour l’attractivité et la mobilité de la ville de Charleroi de disposer d’une exploitation plus attractive et plus dynamique de la ligne SNCB 132 jusque Couvin,

considérant que par ce projet la SNCB va à l’encontre des principes énoncés dans la brochure à destination des accompagnateurs à savoir « l’accompagnateur de train occupe une fonction essentielle au sein de la SNCB. Il est la personne de contact du client-voyageur. Il assure des tâches principales: il veille à la sécurité des voyageurs et du trajet de son train, il assure la régularité, il informe les voyageurs, contrôle et vend les titres de transport. Sans accompagnateur de train, le train de voyageur ne circule pas. L’accompagnateur de train est investi d’une grande responsabilité. L’accompagnateur est le premier responsable de son train. La SNCB porte une attention particulière à la sécurité du client. Les voyageurs ont besoin de beaucoup de renseignements surtout lorsque leur train est en retard (heure d’arrivée, correspondance …) ou lors de la survenance d’incidents graves… »
considérant que cette décision doit entraîner une modification de la loi qui , en Belgique, impose la présence d’un accompagnateur dans chaque train,
considérant que cette décision entraînera l’évaluation des contraintes légales notamment en termes de responsabilités des différents métiers du rail concernés entre autres celui de conducteur qui devra supporter une surcharge de travail,
considérant que cette décision remettra en question la procédure de départ du train à savoir le contrôle de l’environnement du train à quai, la fermeture des portes, la transmission des opérations terminées et ce d’autant plus que de nombreuses gares ont été fermées et transformées en points d’arrêt et qu’il ne reste plus que deux gares ouvertes sur la ligne 132,
considérant que cette décision entraînera des frais d’installation de portiques, de caméras, de miroirs, de systèmes de contact entre l’intérieur des trains et le conducteur, l’aménagement des quais pour réduire les risques lors de l’embarquement et le débarquement, l’amélioration de la fiabilité des automates …
considérant que quel que soit l’équipement placé dans les trains pour aider les voyageurs en détresse le temps de réaction en cas d’urgence sera beaucoup plus long que l’intervention d’un accompagnateur,
considérant que l’intervention du seul conducteur présent pour régler les différents problèmes des voyageurs entraînera de nouveaux problèmes de ponctualité,
considérant que certaines incivilités telles que fumer à bord, écouter de la musique à fond, être grossier, insulter les autres passagers, les menacer, pratiquer des commerces illicites risquent de perturber le voyage des usagers,
considérant que la ligne 132 est principalement empruntée par de nombreux jeunes étudiants qui fréquentent les établissements scolaires (primaires et secondaires) de Philippeville et Couvin,
considérant que la ligne 132 est régulièrement utilisée durant les vacances scolaires par des groupements de jeunes participant à des camps de vacances dans la région,
considérant que la ligne 132 risque d’être délaissée en périodes creuses par ceux qui ne se sentent plus en sécurité,
considérant que des agressions ont déjà eu lieu sur ce trajet,
considérant que l’absence d’accompagnateurs favorisera la fraude et la présence dans les trains de personnes peu respectueuses des règles de vie en société,
considérant qu’une telle politique entraînera la suppression de 469 emplois d’accompagnateurs de trains sur les 2500 occupés aujourd’hui,
considérant que la fédération européenne des travailleurs du rail s’oppose à cette tendance à la disparition des accompagnateurs et que les pays (Allemagne, France, Pays-Bas, Grande Bretagne, Danemark, Suède) où ce système est mis en place connaissent de sérieux problèmes. Selon l’étude du syndicat britannique le système DOO est responsable de 70 % des accidents sur les quais et les trains,

Décide – de marquer sa désapprobation pour l’implantation du système de train avec un seul homme à bord tel qu’actuellement prévu par la SNCB, et en particulier de son projet pilote sur la ligne Charleroi-Couvin ;
– de plaider auprès de la SNCB pour une desserte plus attractive, dynamique et cadencée de la ligne Charleroi- Couvin, et en particulier pour une amélioration significative des correspondances en gare de Charleroi ;
– de refuser que les mesures de réduction des coûts se fassent au détriment de la sécurité des voyageurs ;
– de soutenir les travailleurs de terrain et les usagers qui plaident pour le maintien d’un service de qualité assurant la sécurité ;
– de dire NON à la déshumanisation des services qui laisse l’usager et principalement les jeunes, les personnes seules, les personnes à mobilité réduite, les mal-voyants … sans aucune possibilité d’aide pour faire face aux difficultés rencontrées dans les transports ;

de transmettre cette motion aux autorités compétentes à savoir: Monsieur Charles Michel, premier ministre
Monsieur Jan Jambon, vice-premier ministre et ministre fédéral de la sécurité et de l’intérieur
Monsieur François Bellot, ministre fédéral de la mobilité, en charge de Belgocontrol et de la SNCB
Monsieur Paul Magnette, ministre-président de la Wallonie
Monsieur Maxime Prévot, vice-président et ministre des travaux publics et de la santé, de l’action sociale et du patrimoine.
Monsieur Carlo Di Antonio, ministre de l’environnement, de l’aménagement du territoire, de la mobilité et des transports, des aéroports et du bien-être animal
La direction de la SNCB et d’Infrabel
Le conseil d’administration de la SNCB


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Proposition de motion MARCHES PUBLICS

Proposition de motion au Conseil communal de Charleroi du 23 avril 2018 Vu : le droit...

Lire la suite