Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Manque de valorisation de nos souterrains

Question de Monsieur le Conseiller Xavier DESGAIN

Plusieurs villes européennes valorisent avec succès leurs anciens souterrains sur le plan touristique. Notre bonne ville en compte quelques-uns intéressants datant principalement de l’époque de la forteresse, mais ils sont manifestement sous valorisés, soit parce qu’il faut passer par une propriété privée pour y accéder, soit parce que certains éléments demandent un entretien et des réparations pour assurer la sécurité des visiteurs.

A ce propos, pourriez-vous me recenser les souterrains existants sur le territoire de notre ville, la longueur des tronçons concernés, le type de propriétaires de ces tronçons et l’état de ceux- ci. Une estimation des coûts de leur remise en état pour une valorisation touristique ou patrimoniale a-t-elle déjà été faite ? Si oui, quelles sont les conclusions de ces estimations pour chacun des tronçons concernés ? Un plan de valorisation touristique ces ceux-ci a-t-il déjà été établi ? Si oui, quelles en sont les lignes principales ?

Réponse de Madame l’Echevine Anne-Marie BOECKAERT

Il existe effectivement un bon nombre de souterrains, vestiges principalement de la forteresse hollandaise (1815-1830). Peu d’entre-eux, malheureusement, sont exploitables à des fins touristiques. Il faut, en effet, que le produit proposé soit une plus-value qualitative et qu’il offre toutes les garanties nécessaires en matière de sécurité.
Les contraintes imposées par les pompiers pour permettre ces explorations du sous-sol, surtout en groupes, sont assez nombreuses et strictes: aération suffisante et renouvelée, port de casques, éclairage de secours, accompagnement par plusieurs guides afin de prévenir tout danger, possibilité d’évacuation aisée et rapide, taille du groupe limitée …

C’est au départ de ce postulat que la Division Accueil et Développement touristique s’est lancée, dès 2014, dans la recherche de souterrains permettant l’organisation de visites guidées. L’unique solution réalisable trouvée concernait les tronçons situés en dessous du Boulevard Zoé Drion et de la rue Isaac. Après plusieurs mois de travail et à l’occasion du 350e anniversaire de Charleroi, près de 150 mètres de galeries et une casemate ont été mis en tourisme par une scénographie spécifique qui a couté 20.000€. A quoi, il faut ajouter les frais de restauration, de consolidation et de sécurisation.

Depuis un peu plus d’un an maintenant, le public a l’occasion de redécouvrir ces témoins des forteresses lors de visites guidées pour groupes ou lors de visites à destination d’un public individuel à des dates fixes. Le guide est accompagné d’assistants qui peuvent intervenir au moindre problème. Malgré une gestion lourde pour les services et nécessitant des moyens humains importants, nous sommes fiers de proposer cette visite particulièrement appréciée par de nombreux visiteurs

Dans le futur, si une opportunité permettant la valorisation de nouveaux tronçons se présentait, je serai bien entendu attentive à ce que la Division Accueil et Développement touristique étudie une possible mise en tourisme de ceux-ci.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Place Matteotti

Question posée par Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur l’Echevin, Votre majorité a décidé...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Sécurité à Lodelinsart

Question posée Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur le Bourgmestre, Je viens d’être...

Lire la suite