Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Valorisation du sous-sol minier à des fins énergétiques

Question de Monsieur le Conseiller Xavier DESGAIN

Dans certaines anciennes zones charbonnières, les puits de mines et les vestiges d’anciennes galeries sont utilisés à des fins énergétiques, comme source de chaleur à grande profondeur, et comme source de fraîcheur à moyenne profondeur, permettant ainsi d’assurer une bonne température de confort en toute saison dans les quartiers bénéficiaires, et permettant de stoker de la chaleur accumulée en été pour la récupérer pour partie en hiver.

A ce propos, pourriez-vous me faire savoir si cette source de chaleur et de fraîcheur est déjà utilisée pour certains bâtiments communaux, si une telle exploitation est à l’étude ou en projet, ou si des investigations sont menées pour en préparer une exploitation de taille significative ?

Réponse de Monsieur l’Echevin Cyprien DEVILERS

M onsieur le Conseiller,

Je vous remercie pour votre question.

Dans le cadre du PAEDC, dont vous êtes un lecteur averti, il est bien évidemment envisagé d’exploiter le riche potentiel minier désaffecté présent sur le territoire de Charleroi. Depuis la fermeture des mines, les galeries et tunnels se sont remplis au fil du temps d’eau souterraine, chauffée naturellement par l’écorce terrestre. L’énergie de cette eau minière est une composante essentielle à exploiter pour économiser de l’énergie et réduire les émissions de CO2.
Techniquement, l’eau de nos anciennes mines pourrait être utilisée pour répondre à nos besoins énergétiques futurs, non seulement pour chauffer des bâtiments (en utilisant les eaux souterraines profondes) mais l’eau plus fraiche des couches supérieures pourrait également être utilisée pour refroidir les bâtiments lorsque cela s’avère nécessaire.
Aux Pays-Bas, la commune d’ Heerlen avec son projet Minewater 02 est un bel exemple dont on pourrait tous s’inspirer. Le district Heerlerheide est la plus importante réalisation dans le monde où d’anciennes mines privées fournissent une énergie verte desservant 30.000 m2 d’espaces intérieurs, grâce au forage de 5 puits et un système de +/- 8 km pour faire circuler l’eau).
En Région Wallonne, la commune d’Hotton envisage d’utiliser un gisement d’eau à 30° à 800m de profondeur. Le projet est à l’étude et consisterait en l’installation d’une pompe géothermique en vue d’alimenter un réseau de chaleur.
A priori, nous pensons donc qu’il serait opportun d’étudier la possibilité de développer la géothermie d’un point de vue environnemental. Ce type d’énergie ne dégage que peu de gaz à effet de serre et ne laisse aucun déchet après utilisation. Elle n’a pas besoin d’être évacuée ni stockée.

Le seul inconvénient, et pas le moindre, en est le coût élevé. Chaque projet de géothermie commence par une phase d’évaluation du potentiel géologique pour la ressource géothermique qui s’apparent à une phase de reconnaissance, qui vise à délimiter les zones apparaissant à priori les plus favorables avant de lancer la phase d’exploitation puis de distribution auprès des consommateurs. Pour une étude de pré-faisabilité réalisée par un bureau d’études spécialisé, il faut compter +/- 125.000€. L’impact sur l’énergie et le climat serait indéniable (même si, ne l’oublions pas, la géothermie n’est pas une énergie 100 % renouvelable car elle nécessite un générateur, et donc de l’électricité). Par contre sans cette étude préalable, nous sommes incapables d’estimer si l’investissement financier pourrait assurer un retour sur investissement suffisant. La piste de partenariats, notamment IGRETEC, afin de pouvoir supporter les coûts d’un tel projet doit aussi être étudiée.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Place Matteotti

Question posée par Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur l’Echevin, Votre majorité a décidé...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Sécurité à Lodelinsart

Question posée Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur le Bourgmestre, Je viens d’être...

Lire la suite