Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une zone 30 généralisée dans l’intra-Ring ?

Question de Monsieur le Conseiller Luc PARMENTIER

La secrétaire d’Etat bruxelloise à la Sécurité routière Bianca Debaets (CD&V) et le ministre de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) veulent limiter la vitesse à 30 km/h dans toute la Région bruxelloise, avec éventuellement des exceptions, en concertation avec la police et les bourgmestres, pour des voiries plus importantes.

Déjà en 2010, le conseil communal de Bruxelles avait instauré une limitation de 30 km/h à l’intérieur de la Petite ceinture.

Ne serait-il pas temps que Charleroi décide de la généralisation du 30 km/h dans l’intra-Ring de notre Métropole ?

Il faut dire qu’au vu de la saturation actuelle du Centre-Ville, cela ne changerait pas grand- chose et améliorerait la sécurité routière à Charleroi.

Qu’en pensez-vous ?

Réponse de Monsieur le Bourgmestre Paul MAGNETTE

Monsieur le Conseiller,

La question de créer une vaste zone 30 dans l’intra-ring a déjà été analysée voici quelques années ; une planche est consacrée à ce sujet dans le plan communal de mobilité.

La réflexion a déjà été traduite en action. Ainsi, dans le cadre de la rénovation de la Ville Basse, nous sommes allés au-delà de ce concept, en aménageant des zones de rencontre limitées à 20 km/h et des zones piétonnes dont certaines avec bornes d’accès.

Il est, en effet apparu que la systématisation d’une zone 30 n’est pas une solution miracle, notamment parce qu’elle lisse totalement la réglementation routière et ne permet pas d’afficher des panneaux de rappel, par exemple près des écoles.

Une zone globale impose de créer un effet de porte marqué par des éléments physiques aux différentes entrées et sorties, ce qui n’est pas obligatoire pour une zone 30 dite d’« abords d’école », matérialisée de part et d’autre de la porte principale à 75 mètres ou au carrefour suivant.

Une zone 30 globale au centre-ville nécessiterait, en outre, de disposer d’autres éléments physiques - environ tous les 75 mètres - pour contraindre les usagers à respecter la limitation. Des investissements importants devraient donc être consentis et ce, au détriment de la fluidité ou du caractère de boulevard urbain de certains axes.

De plus, s’il était décidé de conserver quelques axes plus importants en circulation urbaine normale (soit 50 km/heure), il faudrait multiplier la signalisation zonale et les divers effets de porte. Comme chacun sait, lorsqu’une zone de grande taille est morcelée en plusieurs petits quartiers, la signalisation devient rapidement très dense et, parfois, difficile à comprendre pour les utilisateurs. Afin de clarifier ces éventuelles zones 30, il conviendrait d’utiliser un marquage thermo-collant reproduisant, au minimum, le signal F4a et ce, aux différentes entrées.

Voilà pourquoi, sur base des conseils de la Police et des professionnels de la mobilité, il a été jugé préférable de définir une zone 30 en un endroit ciblé et en adéquation avec la fréquentation des lieux, plutôt qu’une zone 30 systématique où, si des contrôles ne sont pas assurés, la limitation ne sera, de facto, pas respectée. Ce choix a donc également l’avantage d’éviter que les citoyens utilisant les modes de déplacement doux, éprouvent un sentiment subjectif de sécurité (dû à la signalisation de zone 30) dans un espace où, hélas, la vitesse pratiquée serait, en fait, plus élevée.

En espérant vous avoir été agréable,


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Place Matteotti

Question posée par Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur l’Echevin, Votre majorité a décidé...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Sécurité à Lodelinsart

Question posée Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur le Bourgmestre, Je viens d’être...

Lire la suite