Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Déclaration des bourgmestres de lutte contre la pauvreté infantile

Question de Monsieur le Conseiller Luc Parmentier

Plus de 200 bourgmestres et présidents de CPAS ont signé la « déclaration des bourgmestres contre la pauvreté infantile ».

Monsieur le Bourgmestre pourrait-il me faire connaître les projets en matière de lutte contre la pauvreté des enfants mis en place au sein de notre Métropole ?

Réponse de Monsieur l’Echevin Mohamed Fekrioui, Monsieur Massin, Président du CPAS et Madame l’Echevine Julie Patte

Je souhaite vous rappeler que cette problématique a déjà fait l’objet récemment (conseil communal du 20 novembre 2017) d’une interpellation d’un membre de votre groupe, à savoir Madame EL BOUREZGUI.

Néanmoins, et avec plaisir, je peux vous confirmer qu’au sein du CPAS, différents services ou dispositifs permettent de lutter contre la pauvreté infantile et plus particulièrement :

Au sein du service social, le Service jeunesse a pour mission d’accueillir, aider, orienter et accompagner trois types de publics (les familles précarisées, les enfants sous tutelle et les professionnels internes et externes au CPAS) sur des questions liées à la jeunesse.

L’objectif général vis-à-vis des enfants sous tutelle est d’accompagner (au niveau social, administratif et financier) les enfants mineurs selon la loi et les orphelins confiés par le juge de paix.
L’objectif général vis-à-vis des professionnels est de soutenir les travailleurs sociaux sur les questions liées à la jeunesse.
L’objectif général vis-à-vis des familles précarisées est d’accueillir, d’aider, d’orienter et d’accompagner les familles dans lesquelles il n’y a pas les sécurités suffisantes à l’exercice des responsabilités parentales et dans lesquelles l’accès aux droits fondamentaux des parents et des enfants n’est pas garanti.

Les objectifs opérationnels du service sont :

  • La coordination et concertation
  • L’orientation
  • La sensibiliser aux besoins primaires et secondaires des enfants (éducatifs, scolaires, hygiène, etc.)
  • L’accompagnement administratif (financier et autre)
  • L’accès à la culture au travers de projets
  • Le développement des projets à partir des besoins recensés auprès des bénéficiaires
  • La collaboration avec le PPASU
  • L’accompagnement psycho-socio-éducatif au cas par cas (en fonction des besoins spécifiques des familles)

Il va de soi qu’au travers de toutes les actions menées, nous visons un travail de prévention plus générale dont les résultats se mesurent sur le moyen et long terme. En effet, nos projets se veulent inclusifs comme le soutien et l’accrochage scolaire dès le plus jeune âge, l’ouverture culturelle au sens large, l’attention particulière face aux risques de stigmatisation (hygiène, …), l’aide à la prise en charge de la santé des enfants (et de leurs mamans).

Au Service Jeunesse, nous suivons environ 50 % de mamans seules avec des enfants. Elles ont pour la plupart moins de 25 ans. Elles vivent dans des conditions matérielles très précaires. Les conditions d’hygiène, de logement sont déplorables. Elles ont été prises en charge par l’Aide à la Jeunesse d’une manière générale (placement), et quelques-unes vivent avec un « sans papiers ».

1. Au sein du Service de l’Action collective, les Espaces citoyens jouent un rôle important dans la lutte contre la pauvreté infantile en proposant divers types d’activités :

  • Accueil extrascolaire en écoles de devoirs :
    Au sein des 3 EDD organisées à Dampremy, Marchienne Docherie et Porte Ouest, l’accompagnement pédagogique est adapté aux difficultés rencontrées par les enfants issus de familles défavorisées pour lesquels les parents rencontrent des difficultés d’encadrement du travail scolaire.
  • Les animateurs des EDD jouent également un rôle d’interface entre l’école et les familles afin de faciliter la communication enseignant/parent dans l’intérêt du développement de l’enfant.
  • Soutien à la parentalité :
    La Maison de Parents de Dampremy développe un programme axé sur le développement du jeune enfant et sur l’importance de la relation parent/enfant (au travers du jeu, de séances de massage du bébé, …).
    Des actions de sensibilisation en matière d’alimentation saine sont également menées auprès des enfants en co-animation avec des parents fréquentant la Maison des Parents de Dampremy. Certaines de ces animations ont lieu au cœur même des écoles du quartier
    De manière plus large, des animations de prévention en matière de santé sont organisées régulièrement dans les locaux de l’ONE en partenariat avec les travailleurs médico-sociaux chargés des consultations.
    A la Docherie, des actions d’accompagnement autour de la grossesse chez les très jeunes filles sont menées avec la Maison médicale.
  • Organisation d’un réseau de professionnel autour de la bientraitance au travers de la plateforme « Les enfants d’abord » qui travaille, notamment, à la construction commune de bonnes pratiques et à l’élaboration d’outils d’information diffusables dans les milieux d’accueil, les écoles, …
  • Accès aux loisirs et à la culture pour tous :
    Le CPAS active tous les leviers du Plan fédéral de participation et d’activation des usagers tant au travers d’aides individuelles que collectives afin de favoriser l’accessibilité aux jeux, aux sports et aux activités culturelles.
  • Soutien aux femmes mères de familles monoparentales réalisé dans le cadre du projet MIRIAM qui malheureusement, a pris fin au 31 décembre 2017, faute de subsides au niveau Fédéral
  • Un projet de « Bébébus » est aussi actuellement à l’étude afin de pouvoir accueillir des enfants entre 0 et 3 ans qui ne fréquentent pas un milieu d’accueil classique.
    C’est un projet qui existe dans d’autres villes en Région wallonne. Il se veut complémentaire aux autres dispositifs d’accueil de la petite enfance et est adapté à l’accueil d’enfants venant de familles plus précarisées (socio économiquement).
    L’objectif est que l’enfant découvre un cadre de développement autre que son cadre familial et que les parents puissent confier leur enfant dans un lieu sécurisant, afin de prendre du temps pour souffler et pour se construire.

Réponse de monsieur l’Echevin Mohamed Fekrioui :

Au niveau de la Ville de Charleroi, de nombreuses actions sont menées pour lutter contre la pauvreté infantile. Au sein de mes compétences, il est évidemment important de souligner la qualité des services proposé pour la petite enfance avec nos crèches, nos accueillantes conventionnées et les 2 coaccueil mis en place durant cette législature. Je suis particulièrement attentif à la qualité des repas servis et des soins donnés dans nos crèches. Les bonnes habitudes alimentaires prises dès le plus jeune âge et les contacts réguliers avec les médecins sont un réel atout pour les enfants que nous accueillons. Au niveau de la participation financière des parents, nous appliquons les tarifs de l’ONE qui sont fonction des revenus de ceux-ci. Chaque carolo a ainsi les mêmes chances de trouver une place en crèche pour son enfant.

Réponse de madame l’Echevine Julie Patte :

Cette lutte contre la pauvreté infantile s’exerce évidemment aussi au sein des écoles communales fondamentales du PO Ville de Charleroi qui proposent la gratuité scolaire pour les enfants, la gratuité d’accès aux garderies extrascolaires, des classes de neige avec prix adapté aux revenus des parents et un coût pour les repas chauds qui se veut le plus bas possible (une soupe est accessible au prix de 0,40 € en maternelle et 0,50 € en primaire). Un parcours culturel, pour les élèves de la 3e maternelle à la 6e primaire, est également à l’étude : il s’agirait pour chaque classe, une fois par an, de visiter un lieu culturel carolo à un prix attractif. Au bout des 7 années, chaque élève aurait donc eu l’opportunité de visiter 7 lieux emblématiques de sa ville tout en ayant eu l’opportunité de bénéficier d’activités pédagogiques en rapport.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Place Matteotti

Question posée par Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur l’Echevin, Votre majorité a décidé...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Sécurité à Lodelinsart

Question posée Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur le Bourgmestre, Je viens d’être...

Lire la suite