Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Trafics de drogue et risques de corruption, comment sommes-nous protégés ?

Il n’y a pas une semaine qui passe sans que les trafics de drogue et leurs nuisances fassent l’actualité. Ces nuisances se vivent au quotidien dans notre ville. On peut estimer que certains quartiers du Centre-Ville ou des communes avoisinantes sont pratiquement sous le contrôle des trafiquants de drogue.

Ce 14 novembre 2018 le Ministre de la Justice Koen GEENS déclarait que les saisies de drogue essentiellement cocaïne ne cessent d’augmenter ainsi que l’importation, l’entrée se faisant principalement par le port d’Anvers pour les drogues dures.

En septembre, face à ce phénomène, le Bourgmestre d’Anvers Bart De Wever, jetait un pavé dans la marre en s’inquiétant de possibles corruptions au niveau local.

Dans son rapport 2010, l’Organe international de contrôle des stupéfiants, organisme des Nations Unies indiquait que « la corruption, utilisée par les organisations criminelles, est l’un des principaux obstacles à la lutte contre le trafic international de drogue. »

Il est évident que les trafics de la drogue et les énormes flux financiers qu’ils génèrent ne peuvent que favoriser la corruption. Ne pas prendre en considération ce risque relèverait de la naïveté voir de l’irresponsabilité.

Des témoignages qui nous sont à plusieurs fois parvenus d’habitants de quartiers et de consommateurs-dealers, il existerait des pratiques de corruption et de racket au sein de notre police. Des consommateurs-dealers souvent illégaux se sont vu saisir de la drogue et de l’argent sans qu’aucun procès-verbal ne soit dressé. Que sont devenues ces saisies ?

Alors ma question sera simple. Quelles sont les mesures prises et actions menées pour protéger notre police des risques de corruption et de racket ?

Je posais ma première question au Conseil communal en automne 2004 pour alerter les autorités locales qu’elles ne mesuraient pas l’ampleur du développement de la drogue et de ses conséquences sur la société. A l’époque, M. VAN GOMPEL m’avait répondu tout va bien madame la Marquise. Aujourd’hui, en terminant mon mandat, je ne peux que constater que vous avez été dépassés !

Je vous remercie d’avance de votre réponse.

  • Malika El Bourezgui, Conseillère communale

Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Rénovation du Boulevard Mayence... Et l’information Bordel !

Monsieur l’Echevin, Des panneaux nouvellement plantés annoncent la rénovation du Boulevard Mayence...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Rififi au Centre Jules Destrée

Monsieur l’Echevin, Je viens d’être contacté par les usagers du Centre Jules Destrée sis 9 Rue du...

Lire la suite