Le Vert Pays

Ecolo à Charleroi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Chapelle Notre Dame des Affligés à Jumet - 240903

Questions écrites posées le 24 septembre 2012

Question de Monsieur le Conseiller Luc Parmentier

Construite à la fin du XVIIe siècle d’après un plan octogonal, très original en Belgique à l’époque, la chapelle Notre-Dame des Affligés n’était au départ qu’un simple sanctuaire en bois jusqu’en 1677. La chapelle, telle que nous la connaissons aujourd’hui, date de 1680. Pour perpétuer le souvenir des donations des paroissiens, un chronogramme fut placé au-dessus du portail sur lequel on peut lire: “C’est à la piété du peuple que l’on doit cet édifice”.

Cette chapelle deviendra très vite un lieu de pèlerinage au XVIIIe siècle car c’est à cet endroit que se trouvait une fontaine dite miraculeuse.
La chapelle sera restaurée en 1870. Elle fait partie des bâtiments classés par arrêté royal.

Abandonnée à l’entrée du PAE (Parc d’Activités Économique) situé le site de l’ancien hôpital civil de Jumet, elle n’a plus très fière allure : le toit est simplement bâché, les menuiseries en piteux état, les herbes folles parsèment ses abords, etc…

Le 19 mars 2007, dans le cadre des travaux de rénovation, une simulation d’éclairage intérieur et extérieur avait été réalisée sans suivi apparemment.

En juin 2008, le Collège communal avait attribué un marché relatif au remplacement de vitraux à la société Atelier Artisanal Maurice Carpet au montant de 3.206,50 € TVAC (Référence : EIM80197).

Pourriez-vous me faire connaître les projets de rénovation de cet édifice classé afin de rendre à cet édifice ancestral le cachet qui était le sien ?

Réponse de Monsieur l’Echevin Paul Ficheroulle

La chapelle étant un bâtiment classé, toute intervention doit faire l’objet d’une demande de certificat patrimoine délivrée par le SPW – DG04.

Pour obtenir ce certificat, il faut suivre une procédure bien établie dont une des étapes est l’établissement préalable de fiches sanitaires (état des lieux du bâtiment répertoriant les dégâts constatés, les coûts estimés des réparations et la priorisation de celles-ci).

C’est pourquoi, il a été proposé d’inscrire un crédit au budget 2013 afin de confier la mission d’études à IGRETEC dans le cadre des IN HOUSE.


Les commentaires sont fermés


aucune annexe



À voir également

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Place Matteotti

Question posée par Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur l’Echevin, Votre majorité a décidé...

Lire la suite

Salle du Conseil - © J-M/ Hoornaert

Sécurité à Lodelinsart

Question posée Monsieur le Conseiller Luc Parmentier Monsieur le Bourgmestre, Je viens d’être...

Lire la suite